Guide : être au CVL

L’histoire des instances lycéennes

 

On ne  peut pas déconnecter l’histoire de l’élaboration des instances lycéennes telles qu’on les connaît aujourd’hui de “l’histoire” du mouvement lycéen. Les jeunes ont aspiré à de nombreuses reprises à être écouté.e.s et être consulté.e.s de façon réellement fiable sur les sujet qui les concernent. C’est ainsi qu’en 1986, en 1994 ou en 1998, 2005 ou en 2006 les jeunes, qui manifestent sur des sujets précis, ont aussi revendiqué une place importante. Le mouvement lycéen de 1998 fut très fort, et créa une demande au niveau de l’Etat en général, du ministère de l’éducation nationale au chef d’établissement en passant par le recteur, et il se fait l’expression des lycéens et de leurs attentes lors de la consultation Meirieu.

Comme les délégués de classe ne pouvaient plus être considéré.e.s comme représentant.e.s des lycéen.ne.s (beaucoup trop nombreu.se.x, pas le même champ d’intervention), il a donc progressivement été créées des instances “lycéennes” pour jouer ce rôle d’intermédiaire et de représentation des lycéen.ne.s. A partir de 1991, les Conseils Académique de la Vie Lycéenne (CAVL) sont créés et les lycéen.ne.s sont représenté.e.s au Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) ; en 1998 les Conseils de Vie Lycéenne (CVL) sont expérimentés et le Conseil Nationale de la Vie Lycéenne (CNVL) créé.

 

Le concept d’instances lycéennes

L’idée “d’instances lycéennes” paraît simple, mais elle n’était pas évidente au début. Ce sont néanmoins des instances dans lesquelles les lycéen.ne.s ne sont pas toujours à parité avec les membres adultes, c’est-à-dire que le nombre de lycéen.ne.s qui siègent est égal au nombre de non-lycéen.ne.s.

Ces instances sont à la base des instances dites “consultatives”, autrement dit, elles n’ont pas de pouvoir décisionnel direct. Néanmoins il est très important que ce rôle consultatif ne soit pas associé à un statut “gadget”. C’est pour cela qu’il est primordial de créer des liens entre les instances consultatives et décisionnelles afin que les projets puissent se mettrent en place concrètement. Aussi, il faut bien voir que des instances qui fonctionnent bien, qui sont motrices de vie et de projets dans les lycées prennent de fait une importance plus grande qui permet une plus grande autonomie.

Le Conseil des délégué.e.s à la Vie Lycéenne (CVL), au coeur du lycée

Le Conseil des délégué.e.s à la Vie Lycéenne (CVL) fait porter la voix des lycéen.ne.s dans leurs lycées. Ses membres représentent leurs camarades devant l’administration et sont consulté.e.s, au même titre que les adultes présent.e.s dans cette assemblée. Le CVL offre un réel cadre de médiation, d’échange, de dialogue et de proposition au sein du lycée.

 

Sa composition

Le CVL est une instance paritaire, il regroupe autant de représentant.e.s élèves que de représentant.e.s adultes. Il est composé de 20 membres :

10 lycéen.ne.s :

  • Chaques années 5 lycéen.ne.s sont élu.e.s par l’ensemble des élèves de chaque établissement. Tous les ans le collège des élu.e.s est renouvelé de moitiée, les élu.e.s sièges donc pour un mandat de 2 ans.

10 adultes :

  • 5 représentant.e.s du personnel d’éducation (professeur.e.s, CPE, surveillant.e.s…).
  • 3 représentant.e.s du personnel administratif technique, social de santé (infirmières, comptables…)
  • 2 représentant.e.s des parents d’élèves

Son fonctionnement

 

Le CVL est une instance présidé par le ou la proviseur.e de l’établissement.

Un.e vice président.e (élu parmi les membres lycéen.ne.s).  

5 membres du CVL sont élu.e.s par les délégué.e.s de classe pour siéger au CA.

Un CVL qui bouge est un CVL qui se réunit souvent et qui suit avec rigueur l’avancement de la mis en place des projets. La communication entre les membres doit être rapide et efficace. Aussi, un CVL moteur, c’est un CVL qui prépare ses interventions au Conseil d’Administration et qui doit également prendre des positions claires sur tous les points traités au CA afin d’ancrer la présence lycéenne dans les décisions. A savoir que le CVL doit être impérativement consulté lors de l’utilisation des fonds de vie lycéenne.

De plus, le ou la professeur.e peut organiser une réunion suite à la demande de la moitié des représentants lycéens ou à la demande des délégués de classe.

 

Ses atouts

Le CVL a pour principal atout d’être présent dans tous les lycées ainsi si il permet d’intervenir directement dans le lycée et d’agir concrètement sur la vie des lycéen.ne.s. De par sa capacité à être vecteur de projet, il se positionne comme un acteur, un moteur essentiel au quotidien, pour les élèves. pour les adultes, et plus largement pour l’établissement.

A travers lui on peut monter, suivre, financer, revendiquer des actions, des projets et il montre que l’investissement démocratique peut faire changer les choses pour le bien de toute la communauté scolaire.

Enfin pour que la coordination entre les membres du CVL soit quotidienne et efficace, il faut absolument demander qu’une salle destinée aux élu.e.s, équipée d’ordinateur et d’internet, soit mise en place .

3 bonnes raisons pour qu’un CVL ne fonctionne pas

  • Désintérêt de la part de la communauté scolaire et des élèves pour cette instances…
  • Mauvaise diffusion des informations. Cela entraîne la mort de tout dialogue et de toute communication, donc de toute représentativité …
  • CVL trop ambitieux qui intervient sur des points qui sortent de ses attributions. Cela peut-être très mal pris par l’administration, ou tout autre concerné, et ainsi discréditer totalement le CVL.

Ce que l’on peut faire dans le cadre du CVL

Le CVL peut monter plusieurs types de projets et d’actions. Il peuvent être :

  • Des outils pédagogiques et scolaires

Ex : la mise en place d’un système de parrainage et de tutorat entre élèves, afin que chacun ait un.e référent.e dans un niveau supérieur qui puissent l’aider au niveau scolaire.

  • De l’Ordre de l’orientation scolaire

Ex : organiser des rencontres entre lycéen.ne.s actuel.le.s, et ancien.ne.s lycéen.ne.s, maintenant étudiant.e.s, qui viennent leur faire part de leurs expériences.

  • Des politiques santé publique

Ex : lancer une campagne de sensibilisation contre le harcèlement scolaire en partenariat avec les infirmièr.s scolaires, ainsi que les formations par les paires du dispositifs Dis Le A Tous Monde (DLATM).

  • De l’ordre des rythmes scolaire

Ex :  Garantir 1h30 de pause méridienne, faire commencer les journées de cours à 8h30.

 

Attention : Les actions de l’ordre du divertissement ou bien de la l’animation culturel  sont à la charge de la Maison Des Lycéen.ne.s.

DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE

Quelque soit le mandat, il existe, on l’a vu, des obligations : écouter les lycéen.ne.s que l’on représente, faire savoir ce que l’on fait en son nom… etc. De plus, les actions que l’on engage sont des actions de long terme, sur 1 ou 2 ans, et cette période est parfois trop courte pour voir les fruits de son travail tout cela n’est pas forcément évident. Cette partie tentera donc d’apporter des conseils et des astuces pratiques pour mettre à profit le travail de l’élu lycéen.

Communiquer et échanger

Pour avoir du poids, il faut avant tout avoir une légitimité auprès des lycéens, légitimité qui ne peut exister que s’il existe un échange permanent. Ce cadre de dialogue n’existe pas forcément en temps normal, il faut donc en soi-même à l’origine. Nous avancerons ici pour créer ce dialogue si important.

Dans la Démocratie Lycéenne, chacun.e est libre d’exercer son mandat comme il ou elle souhaite. Cependant un certain nombre de règle doivent s’imposer, pour qu’il y ait une cohérence.

 

Voici la liste des quelques points essentiels d’un bon élu :

-Un.e élu.e représentatif.ve et légitime.

-Un.e élu.e qui fait valoir l’intérêt de tou.te.s.

-Un.e élu.e qui rend compte et qui informe de ses actions.

-Un.e élu.e qui travaille en équipe.

-Un.e élu.e qui mène des actions et des réflexions.

-Un.e élu.e qui prend des initiatives en connaissance de cause

Au niveau du CVL

Demander la mise en place d’un bureau des élus et s’organiser de manière à tenir une permanence d’écoute (ex : quelques heures dans la semaine entre 12h et 14h) durant laquelle les élèves peuvent venir s’informer auprès des élus sur des sujet très diverses (ex : droits lycéens, fonctionnement de la DL, dernières actualité concernant les lycéens, quelles démarches entreprendre pour tel ou tel problèmes…)

Demander la mise en place d’une boîte au lettres dans laquelle les élèves peuvent adresser leurs questions, revendications, idées…etc.

Organiser des réunion entre CVL et délégués de classe. Cela permet de faire participer activement les délégués de classe à la vie du lycée. Ils sont en effet les premiers échelons de la Démocratie Lycéenne, et doivent jouer eux aussi, leurs rôle d’intermédiaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *