Les lycéen·ne·s les propositions avancées pour la réforme des retraites.

Mercredi 10 octobre 2018, le gouvernement a annoncé les pistes de sa réforme des retraites tant qui avait fait l’objet de promesses électorales à l’époque du candidat Macron. A travers cette réforme, le Gouvernement souhaite mettre fin aux disparités existantes entre les différents régimes de retraite, en fusionnant les différents régimes au profit d’un régime unique gardant son caractère universel, mais passant à un système de points.

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, un ancien premier ministre, du nom de François Fillon, exprimait bien ceci : “ Le but du système par point, et aucun politique ne vous le dira, c’est qu’après on pourra faire baisser la valeur des points et donc la valeur des pensions”. Dès lors, aujourd’hui, rien ne garantit aux lycéen.ne.s qui cotiseront plus tard que la valeur du point n’aura pas baissé 40 ans plus tard.

 

De plus, ce système par point, va amener des pensions différentes établies sur le salaire de chaques individus. Ainsi, plus les salaires seront bas, plus la pension sera basse. Cela va indubitablement obliger les futur·e·s retraité·e·s qui seront sous ce régime à cotiser plus longtemps s’ils ont de faibles salaires. Ainsi, l’âge de la retraite pourrait être reculée pour toutes les personnes ayant un salaire bas. De même pour les femmes discriminées de par les écarts salariaux. Nous n’avons à ce jour aucune garantie quant à un rééquilibrage des pensions des femmes, de par les écarts salariaux entre les femmes et les hommes.

 

Enfin, aujourd’hui, les jeunes sortant de l’université, ou du lycée et entrant sur le marché du travail sont pour la plupart dans des situations très précaires. En effet, d’une part l’âge d’insertion professionnelle est de plus en plus tardif, décalant ainsi l’âge de départ à la retraite. D’autre part,  avec 22, 6 % de chômage chez les jeunes actifs, bien souvent, les contrats proposés aux jeunes sont soit des CDD, soit de l’intérim, soit des mi-temps,et finalement ce sont des contrats précaires avec un bas salaire qui se feront sentir sur la future pension.

 

Face à ce constat amer que pose l’Union Nationale Lycéenne et dans un but de protéger le droit à l’avenir des lycéen·ne·s. L’UNL restera en alerte jusqu’à la rédaction définitif du projet de loi, appellera à une union au côté des syndicats professionnels, retraités, et étudiants pour faire valoir nos points de désaccords avec la réforme prévue

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *