Les nouvelles spécialités prévues dans le cadre du bac 2021 ne seront pas accessibles à tous, faute d’un nombre suffisant d’enseignants, relève dans sa chronique Philippe Askenazy. Cela va à l’encontre de l’égalité des chances promise lors de la campagne du président Macron.

Tristement sans surprise, le Monde relève dans son article les disparités qui existeront entre les différentes formations délivrées par les lycées.