Le manifeste de la jeunesse pour le climat

En tant qu’humain·e·s, en tant que génération présente et future, en tant qu’organisations de jeunesse, climatiques, écologistes et syndicales, nous sommes conscient·e·s que nous faisons partie de la nature tout comme la nature fait partie de nous. 31 organisations nationales de jeunesse co-signent ce manifeste et démontrent l’ampleur et la profondeur de la mobilisation.

Depuis des années diverses personnalités et groupes appellent à l’action, tandis que d’autres espèrent le changement. Aujourd’hui, nous n’en faisons plus partie. Atterré·e·s par l’ampleur des catastrophes qui nous menacent et nous affectent déjà, et l’inefficacité patente des politiques entreprises jusqu’alors, nous hurlons. Nous hurlons notre crainte, notre frustration, et notre désespoir, face à l’immensité du défi qui nous revient. Nous hurlons la nécessité d’agir, tout de suite et non demain ou dans dix ans, pour défendre notre droit à l’avenir. Nous hurlons, enfin, que tous les modes d’actions pacifiques sont légitimes pour protéger notre vie.

La situation à laquelle nous sommes confronté·e·s requiert plus que de simples injonctions individuelles. Nous exigeons une action collective pour défendre notre droit à vivre dignement sur notre planète. Nous allons donc agir pour qu’enfin des mesures concrètes, radicales et réalisables rapidement soient mises en place et ainsi nous assurer un droit à l’avenir. Un droit qui est nôtre, mais qui sera également celui de nos enfants. Déclarer l’urgence climatique et sociale constitue le fondement même des transformations à venir.

Face au lot de souffrances inévitables en cas d’inaction politique, nous sommes déterminé·e·s à mener le combat. Perdre n’est pas une option car notre vie, et celle de milliers d’autres plus vulnérables, partout dans le monde, n’est pas optionnelle. Le pacifisme habite la mobilisation de jeunesse pour le climat, et dans ce cadre l’ensemble du répertoire de l’action collective apparaît comme légitime face à la violente passivité des pouvoirs politiques.

Le mouvement Youth For Climate (YFC) se constitue dans chaque pays, en tant qu’organe de coordination des mobilisations. Ces mobilisations sont autonomes, multiples, locales et autogérées. Nous sommes nombreux·ses et nous nous organisons de façon à gagner ce combat. En France, YFC se caractérise par un soutien massif de la société civile de jeunesse ainsi que de nombreuses autres organisations (cf. signataires).

Aujourd’hui, nous appelons chacun·e à se mobiliser de façon pacifique, inclusive et inconditionnelle pour la lutte contre le dérèglement climatique et la destruction du vivant. Car si ce n’est pas nous, qui le fera ? Si ce n’est pas maintenant, quand le fera-t-on ? Nous appelons la jeunesse à se réapproprier ses espaces communs : établissements d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur), lieux de travail et d’activité, et lieux de vie. Pour cela, nous encourageons chacun·e à se mobiliser partout en France et à définir ses modes d’actions locaux.

 

Nos Revendications

Sept revendications, pensées et travaillées par les jeunes engag·é·s au sein de Youth For Climate, vous sont aujourd’hui présentées. Ces dernières incarnent l’aboutissement de réflexions collectives et forment les piliers de notre mobilisation.

 


1. Déclarer l’urgence climatique afin de limiter le réchauffement climatique à 1.5°C. Cela implique de réduire les émissions françaises de gaz à effet de serre de 10 % par an.

2. Créer et appliquer un droit environnemental français, européen et international fort.

3. Inclure dans les parcours scolaires et universitaires un corpus de connaissances relatif aux enjeux environnementaux afin de conférer à chaque citoyen·e une conscience écologique.

4.Offrir un droit d’accès commun à tou·te·s pour se nourrir, se loger et se déplacer de manière juste, soutenable et compatible avec la trajectoire 1.5°C.

5. Développer la résilience et l’autonomie des territoires face aux menaces climatiques et pénuries énergétiques.

6. Révolutionner notre modèle de production et consommation alimentaire pour être cohérent avec un monde à 1,5°C.

7. Améliorer la démocratie environnementale et locale.

 

Le détail est disponible sur médiapart !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *