Pride

Ce premier juin, comme chaque années depuis les émeutes americaines de 1969, débute le mois des fiertés LGBTI. L’UNL est très actif contre les LGBTIphobies car le lycée est à la fois un endroit ou ces discriminations sont extrêmement présentes, mais aussi un lieu d’éducation et de sensibilisations pour les nouvelles générations.

Notre syndicat mène toute l’année des campagnes dans ce sens dans les établissements, et prête également une grande attention à la préparation de ce mois des fiertés et des différentes manifestations – les Pride – qui se tiennent à cette période.

Mais, en 2020 avec le coronavirus, le mois des fiertés est différent : beaucoup de manifestations ont été annulées et nos établissements ont partiellement fermés. Mais les discriminations, elles, sont toujours présentes ! 

Et encore plus pendant le confinement, pour certain•e•s jeunes LGBTI qui se sont retrouvé•e•s en danger dans des familles homophobes et/ou transphobes ainsi q’avec des ressources et associations moindres.

L’UNL a donc lancé une campagne sur les réseaux sociaux, composée de post quotidiens concernant l’histoire LGBTI, nos revendications, et des information à la fois pour les personnes concernées mais aussi pour sensibiliser le reste de la société.

 

Au sein de cette campagne, l’UNL a élaboré des ressources pour les personnes trans comme une boîte à outil pour demander un changement de prénom et pronoms d’usage au lycée, des conseils pour réagir lorsqu’ils ne sont pas respectées, ou encore différentes façons de faire son coming out. La sensibilisation et l’information des lycéen•ne•s -LGBTI ou non- étaient également un objectif que nous avons pu remplir, non seulement a travers notre historique de différentes dates importantes mais aussi en expliquant quels peuvent être les vécus des personnes LGBTI, en développant tout ce qui concerne la santé sexuelle, ou encore en conseillant des œuvres de fictions présentants des personnages lesbiennes, homosexuels, bi•e•s, trans ou intersexes.

Enfin, nous avons pu mettre en avant nos revendications, concernant les programmes de svt, le traitement des personnes intersexes, l’internat, les vestiaires, les toilettes mixtes, revendications qui sont pour l’instant refusées par un gouvernement hypocrite qui dit lutter contre l’homophobie mais n’agit pas, un pinkwashing que nous avons soulevé au sein de la campagne.

L’UNL a ainsi su mener son rôle d’information, de sensibilisation, d’accompagnement et surtout de défense des lycéen•ne•s pour ce mois des fiertés. Néanmoins, pour que nous puissions réellement obtenir de nouveaux droits au sein du lycée, le militantisme LGBTI doit être quotidien, et à la fois aider individuellement et lutter collectivement : bref, il doit être syndical !

L’UNL a déjà gagné des victoires dans de nombreux établissements, et continuera de le faire.

Pour atteindre l’égalité entre tou•te•s, toi aussi, syndique-toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *