Rentrée 2020 : l’impréparation du ministère

A l’aune de la rentrée scolaire, rien n’est prêt pour nous accueillir au sein de nos établissements. A l’occasion de sa conférence de presse, aucune annonce convaincante n’a été fait pour palier à la situation. 

Nous ne savons pas comment la distanciation sociale pourra être respectée dans des classes surchargées. Nous avons appris la suppressions de 1 000 postes de professeurs, ce qui ne peut que dégrader nos conditions d’études et de vie. Nous ne savons pas comment nous pourrons acheter suffisamment de masques pour se protéger du COVID-19 toute l’année. Les masques sont toujours considérés comme “une fourniture scolaire” par le ministère, ce que nous regrettons. Si le masque est obligatoire il doit être gratuit pour tous et toutes. L’égalité dans l’accès à l’éducation est en cause. 

Nous avons peur de décrocher à la rentrée, après une continuité pédagogique disparate. Le ministre blanquer s’est vanté du fait que la France serait “le pays avec le plus faible taux de décrochage scolaire au monde”. Notre expérience de terrain auprès des élèves nous empêche d’être en accord sur ce constat. Pendant le confinement, nous avons réalisé une enquête et un dossier sur la question du bien-être des élèves dans cette période. 60 % des élèves déclarent alors ne pas avoir réussi à trouver un rythme de travail régulier. Le décrochage scolaire est sous-estimé en France car aucun organisme n’est présent pour le mesurer de manière rigoureuse. A la rentrée, de nombreux élèves se retrouveront en difficulté. Nous sommes inquiet car le ministre semble vouloir ignorer cette situation. 

La seule solution du ministre Blanquer pour résoudre cette crise est le développement du Service National Universel (SNU) “dans 100 % des départements, à destination de 25 000 volontaires”. Le SNU est un aveux de l’échec de l’école à former les élèves à la citoyenneté. Nous dénonçons les priorités du gouvernement, qui préfère encaserner les jeunes plutôt que d’améliorer leur quotidien au lycée.

 

Face à ce constat, l’UNL demande : 

 

  • Un plan massif d’embauche de professeurs pour restreindre les effectifs d’élèves par classe. 
  • La gratuité du masque pour tous les élèves. 
  • La création d’un observatoire national du décrochage scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *