Vendredi 27 novembre, un lycéen à Rennes a été convoqué par l’administration de son établissement car il portait du maquillage. L’administration a qualifié cela de “quête de personnalité”. Cette réaction est honteuse et totalement inadmissible de la part d’une institution éducative. L’école est un lieu d’émancipation dans lequel personne ne doit être jugé, mais au contraire capable d’user de sa liberté d’expression. 

 

Qu’il s’agisse des tenues vestimentaires ou du maquillage, les règlements intérieurs ne vont pas dans ce sens. Il serait temps que l’éducation nationale suive ses propres précepts :  “ La liberté d’expression doit pouvoir s’exercer en toutes circonstances pour ne pas se réduire face à celles et ceux qui la remettent en cause”

 

Nous ne voulons pas être une génération de jeunes conditionnées par les normes et préjugés de la société. Nous appelons à une action #LycéeMaquillé ce lundi 30 novembre et invitons les élèves à se maquiller, quel que soit leur genre.

 

Ce qu’il s’est passé à l’égard d’un lycéen s’appelle de la discrimination et la discrimination est punie par la loi selon l’article 225-1 “Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement (…) de leur apparence physique”. Continuons à revendiquer nos libertés !