L’UNL dénonce le détournement d’argent public d’une association lycéenne couverte par le ministre de l’éducation et porte plainte pour inégalités de traitement

Médiapart a révélé dimanche 8 novembre 2020  un scandale d’Etat. Dans leur enquête est exposée les malversations financières d’une autre association proche du gouvernement, Avenir Lycéen. Des financements destinés à mettre en oeuvre des actions à destination des élèves ont été utilisés à des fins privées. Cet argent public a été dépensé dans des hôtel de luxe et frais de bouche dans des restaurants étoilés. 40 000 euros destinés à l’organisation d’un événement n’ont pas été dépensé pour cela, ce dernier n’ayant pas eu lieu. Sur le simple mois de juillet, 20 000 euros ont été dépensés pour financer le train de vie de lycéens proches du gouvernement et du ministre de l’éducation. Ce dernier savait mais à couvert ces actes. ns doivent pouvoir s’exprimer sans distinction. Même celles qui déplaisent à l’exécutif. Alors que le service public d’éducation craque sous le poids du manque de moyen, le ministre de l’éducation permet à des jeunes de se gaver avec l’argent du contribuable. Nous dénonçons cette dérive morale à toutes les échelles. 

Alors que les financements de toutes les organisations lycéennes allant à l’encontre des décisions de Jean-Michel Blanquer sont en forte baisse, ce dernier a financé allégrement ses soutien. En 2 ans, nous avons subi une baisse de  75 % de notre subvention ministérielle, ces baisses de subventions sont survenues alors que nous étions en train de protester contre des réformes éducatives jugées inégalitaires. Pendant ce temps, le ministère arrosait d’argent public une organisation lui étant directement favorable. 

En démocratie, toutes les opinions doivent pouvoir s’exprimer sans distinction. Même celles qui déplaisent à l’exécutif. Alors que le service public d’éducation craque sous le poids du manque de moyen, le ministre de l’éducation permet à des jeunes de se gaver avec l’argent du contribuable. La jeunesse n’excuse pas la légèreté avec laquelle les membres d’Avenir Lycéen ont usé des privilèges que l’argent public leur a accordé. Il est encore plus inexcusable qu’un membre du gouvernement tolère cela.

Enfin, ce traitement de faveur différent entre notre organisation et la leur est injuste et injustifié. Nous espérons obtenir un dédommagement pour le préjudice subi. 

Nous demandons que cette situation cesse : Pourquoi Jean-Michel Blanquer a-t-il continué à financer une association dont il savait les opérations financières frauduleuses ? L’engagement des élèves qui s’investissent quotidiennement pour améliorer les conditions de vies de leurs pairs ne doit pas être parasité par les aspirations personnelles corrompues de certain.e.s. Des explications doivent être données sur l’utilisation qui a été faite de l’argent des contribuables. Jean-Michel Blanquer doit éclaircir ces liens avec elle et stopper dès maintenant tout financement à sa destination. La corruption semble devoir être combattue dès le plus jeune âge.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *